Skip to content

Afficher tous les résultats 3

Lejeune

François Jullien de Pommerol of Lejeune
François Jullien de Pommerol of Lejeune
Plus d'un domaine viticole change de nom au fil du temps. Parfois, c'est seulement le successeur qui souhaite voir son prénom sur l'étiquette, parfois les domaines changent entre les familles, ou bien on trouve de tout nouveaux noms. Il se peut qu'à un moment donné, les propriétaires du Domaine Lejeune auraient eux aussi souhaité voir leur propre nom sur les bouteilles. Mais le domaine, fondé en 1783 par Maxime Lejeune, est toujours passé de tantes en nièces sur cinq générations, jusqu'à ce que François Jullien de Pommerol le reprenne de ses parents. Et un domaine Pommerol à Pommard aurait probablement suscité l'irritation.

Lorsque Maxime Lejeune a débuté à Pommard au 18ème siècle, il a pu étendre son domaine à 50 hectares autour du village viticole jusqu'à sa mort en 1864. En raison du partage de l'héritage, il ne restait plus qu'environ six hectares à la fin des années 1970, que la famille de Jullien de Pommerol a de nouveau étendus à dix hectares aujourd'hui.


Savoir plus sur Lejeune

François Jullien de Pommerol est un spécialiste confirmé. Il a été professeur d'œnologie au Lycée Viticole de Beaune et a remis le domaine sur les rails depuis sa reprise en 1977. Il y a quelques années, il a intégré son neveu Aubert Lefas dans le domaine. Avec Aubert, une certaine légèreté et une certaine finesse ont été introduites dans le style du domaine, élevant l'élevage traditionnel à un caractère et une expression plus contemporains.

lejeune cave
Dans la cave de Lejeune

Les différentes situations

Le portefeuille des Pommerols comprend des vignobles situés à 90 % à Pommard. Environ deux hectares sont plantés de chardonnay (75 %) et d'aligoté (25 %). S'y ajoute du pinot noir avec 5 % de gamay dans le passetoutgrain de la maison, c'est-à-dire dans le mélange du lieu-dit Les Sorbins. On trouve également du pinot noir dans les villages Les Grandes Carelles et Les Crenilles, ainsi que dans le village Les Trois Follots, de qualité supérieure, et dans trois premiers crus. Lejeune possède 1,1 hectare aux Poutures, 1,4 hectare à L'Argillieres et 0,25 hectare dans le primus inter pares Les Rugiens Bas. Il ne fait aucun doute que ce vignoble possède le meilleur terroir de tout Pommard. Il se caractérise par une excellente exposition, mais surtout par une forte teneur en oxyde de fer, qui non seulement colore le sol en rouge, mais donne également une couleur très particulière aux vins qui méritent de vieillir. Après avoir renoncé depuis des années à l'utilisation de produits chimiques, le domaine d'Aubert Lefas est désormais officiellement en conversion vers l'agriculture biologique.

La vinification

La production des vins ne peut être qualifiée autrement que de traditionnelle et classique. La fermentation se fait avec des proportions variables selon les années de 20 à 40 % de raisins entiers dans des cuves ouvertes, dont l'une, entourée de 17 pneus en bouleau blanc, est la plus ancienne de son genre dans toute la région de Bourgogne. Le petit domaine familial est installé dans les bâtiments centenaires de l'ancienne confrérie du Saint Sacrement, rénovés et entre-temps agrandis. La propriété avait été vendue comme bien d'église en 1793 après la Révolution française. Une petite partie des raisins y est toujours foulé aux pieds, puis fermenté spontanément. La fermentation alcoolique est depuis toujours réalisée dans ce domaine en macération semi-carbonique au-dessus des raisins foulés. Au total, le jus reste en contact avec le moût pendant trois à quatre semaines. Ensuite, le vin passe dans des fûts en bois avec un maximum de 20 % de bois neuf. Les vins ne sont ni collés ni filtrés et ne sont que légèrement sulfités.

Les vins de Lejeune

Actuellement, il y a cinq vins, Les Rugiens Bas n'étant présents qu'en quantités homéopathiques. Les deux 2020, le Côte de Beaune blanc et le Côte d'Ôr rouge offrent déjà une entrée en matière très accueillante. Le Côte de Beaune »Les Mosnières« montre le travail impeccable avec un accent sur un fruit clair et lumineux et une utilisation marquante et parfaitement intégrée d'un bois élégant. Le chardonnay est marqué par l'onctuosité, la noisette et une acidité vitale. Le Bourgogne Côte d'Ôr montre dès le début le plus clairement l'élevage sous forme de sémi-carbonique et rappelle à court terme, et pas seulement par sa couleur légèrement violette, le jeune Moulin-à-Vent. Ensuite, il devient de plus en plus bourguignon et ce, avec une buvabilité considérable, une forme agréable de simplicité et un boisé marqué mais élégant, typique du domaine. Dans les deux Pommard 1er Cru, on peut très bien reconnaître le terroir individuel avec presque le même mode d'élevage.

Les Poutures, avec son taux d'argile et d'humus plus élevé dans le sol, est aussi le vin le plus plein, un peu plus sombre, plus riche en extraits, dans lequel les tanins et l'acidité semblent plus ronds que dans Les Argillières, qui se présente très haut en couleur, agile et avec une acidité vivante fascinante. Les vins donnent déjà beaucoup de plaisir en raison de la manière dont ils sont faits. Il n'y a pas d'astringence, les tanins sont présents mais ronds, les vins semblent accueillants et, avec de l'air, très ouverts. C'est du pommard sous une forme très belle et élégante, où le côté terreux qui caractérise l'appellation est intégré dans beaucoup de fruit et de vivacité et un bois toujours élégant.